Nous sommes le Mer 21 Fév 2018 04:11

Et maintenant, que faire ?

 
Messages: 4
Inscription: Ven 17 Avr 2015 12:39

Et maintenant, que faire ?

Message par phouzet » Ven 17 Avr 2015 12:41

Bonjour,

Ma question est d'ordre général. Quelques mois après sa mise en oeuvre concrète, le compte personnel de formation semble connaître un peu de retard à l'allumage.

Que peut-on faire pour inciter les salariés à l'utiliser ? :?:

 
Messages: 73
Inscription: Lun 10 Nov 2014 17:03

Re: Et maintenant, que faire ?

Message par condorcet » Lun 20 Avr 2015 07:06

2 possibilités en tant qu'employeur :
1- Tabler dans les prochains mois sur un abandon du CPF (remplacé par le CPA de toute façon en 2017) et laisser les salariés se débrouiller seul face à la Caisse des dépôts (et un dispositif quasi inutilisable pour un salarié sans son employeur)
2- faire des propositions de formation CPF et les déployer (avec l'accord des salariés) dans son organisation.

Dans la mesure où les formations CPF (hors socle des compétences) seront hors temps de travail et sans paiement d'allocation formation on peut imaginer qu'elles seront peu demandées sauf volonté express de l'employeur.

 
Messages: 4
Inscription: Ven 17 Avr 2015 12:39

Re: Et maintenant, que faire ?

Message par phouzet » Lun 20 Avr 2015 09:08

D'après ce que j'ai pu comprendre, le compte personnel de formation ne disparaîtrait pas mais serait "agglutiné" avec d'autres types de compte sous un même intitulé qui serait "compte personnel d'activité".

Reste le dispositif lui-même. Essayons d'être "constructif"...

Comment pourrait-il être amélioré ? (il n'en est pas question semble-t-il) ; comment faire pour qu'il fonctionne ? Qu'est-ce qui "bloque" ? Comment "débloquer" ?

Tout le monde a intérêt que cela fonctionne (à part les employeurs peut-être), les salariés comme les organismes de formation assez désemparées apparemment, voire pour certaines en danger y compris les "grosses"...
r

 
Messages: 73
Inscription: Lun 10 Nov 2014 17:03

Re: Et maintenant, que faire ?

Message par condorcet » Lun 20 Avr 2015 09:41

Les employeurs commencent à le comprendre, le 0,2% du CPF, ce sera une taxe à payer qui permettra (peut-être) de former quelques chômeurs de plus, rien d'autre pour la plupart des entreprises qui vont devoir dépenser bien plus que le trompeur 1 % (perdu du fait des errements du CPF, des changements de la professionnalisation).

Pour améliorer les choses réellement il faudrait revenir au DIF (d'autant plus que le CPF est en sursis) mais encore faudrait-il avoir le courage d'avouer qu'on s'est trompé, ce n'est pas l'orientation actuelle du pouvoir politique qui se fourvoie dans la surenchère de comptes inutiles.

Il ne faut plus compter que sur le Plan de formation et les quelques entreprises qui ont encore les moyens de former leurs salariés. Pour les moins qualifiés ça pourrait se terminer très mal.

 
Messages: 143
Inscription: Sam 8 Nov 2014 16:44
Localisation: 59, Lille

Re: Et maintenant, que faire ?

Message par NOVATEM » Mar 21 Avr 2015 08:29

Bonjour,

Je pense d'abord qu'il ne faut pas mettre la charrue devant les bœufs...

Qu'il y ait des problèmes liés au financement soit...

Mais, le compte personnel de formation sera indubitablement un échec si personne n'en demande le bénéfice.

Et c'est précisément ce qui s'est passé avec le DIF. Et très curieusement, personne n'insiste sur cet aspect de la question. Et bien évidemment, le nombre de demandes doit être comparé au nombre de salariés en mesure de la déposer...

Déjà, pour les formations "au long cours", je pense qu'il faut oublier d'autant qu'il ne peut s'agir pour l'essentiel que de formation en hors temps de travail. Le soir, les congés, le samedi. Qui le fera ?

Mais pourquoi le CPF fonctionnerait alors que le DIF ne faisait pas l'objet de suffisamment de demandes (en tout cas pas le nombre qui aurait dû être atteint) et alors que le choix des formations est désormais limité ?

Je pense que c'est la première question qu'il faut se poser...
Bruno Callens
Docteur en Droit
Novatem Conseils et Formations
128, rue du Faubourg de Douai
59000 Lille

 
Messages: 73
Inscription: Lun 10 Nov 2014 17:03

Re: Et maintenant, que faire ?

Message par condorcet » Mar 21 Avr 2015 09:28

Si le DIF n'a pas (assez) marché c'est pour plusieurs raisons :

- manque de culture formation du monde du travail (on ne fait que les formations obligatoires)
- impossibilité de libérer encore du temps supplémentaire sur le temps de travail pour former les salariés (il faudrait revenir sur les 35 h et consacrer la différence entre 35 et 39 h pour la formation)
- incapacité de développer de véritables budgets formation pour tous les salariés (on attend des subventions qui ne peuvent aider tout le monde évidemment)
- manque de volonté des salariés en CDI (en CDD on ne peut pas se former de toute façon) de se former ou d'évoluer professionnellement

De tout cela les pouvoirs publics se fichaient en 2013 puisqu'il fallait faire un coup médiatique avec le CPF, promettre des choses qu'on savait impossibles à tenir.

 
Messages: 143
Inscription: Sam 8 Nov 2014 16:44
Localisation: 59, Lille

Re: Et maintenant, que faire ?

Message par NOVATEM » Mar 21 Avr 2015 12:42

L'idée de consacrer 4 heures à de la formation serait intéressante à considérer. Mais elle suscitera des oppositions quand même...
Bruno Callens
Docteur en Droit
Novatem Conseils et Formations
128, rue du Faubourg de Douai
59000 Lille

 
Messages: 4
Inscription: Ven 17 Avr 2015 12:39

Re: Et maintenant, que faire ?

Message par phouzet » Ven 24 Avr 2015 08:33

Bonjour,

"L'idée de consacrer 4 heures à de la formation serait intéressante à considérer. Mais elle suscitera des oppositions quand même..."

Je pense aussi : En tout cas il m'apparaît qu'elle l'est dans la mesure où ces 4 heures seraient en statut "intermédiaire", ni tout-à-fait pendant le temps de travail ni tout-à-fait hors temps de travail.

En dehors du temps de travail, cela me semble exclu pour de multiples raisons (pas l'envie, les enfants, les vacances sacrées etc...). Toutes ces raisons, on les connaît !

 
Messages: 143
Inscription: Sam 8 Nov 2014 16:44
Localisation: 59, Lille

Re: Et maintenant, que faire ?

Message par NOVATEM » Ven 24 Avr 2015 09:04

Bonjour,

En vérité, il existe des solutions en dehors même de tout dispositif comme le CIF, le compte personnel de formation etc, adaptés, compatibles avec une activité salariée (cours du soir, le samedi etc...) et à cela à un coût très raisonnable (frais d'inscription et frais de déplacement...). Encore faut-il un certain courage pour le faire et une bonne motivation...Et c'est peut-être là que le bât blesse...

J'ai en tête un exemple concret : la capacité en droit...

C'est un des diplômes les plus anciens en France, puisque il a été créé en 1804, sous Napoléon. Il se prépare en deux ans.
Le niveau théorique est celui du baccalauréat (en plus intéressant peut-être). Aucun diplôme n'est requis, si ce n'est d'avoir 17 ans. Ce qui au fond n'a guère d'importance, puis qu’aussi bien ce sont des adultes qui suivent les cours...A priori, aucun obstacle n'existe à l'entrée

Et il présente divers intérêts...non négligeables

En tout cas, il est mieux considéré que le baccalauréat puisqu'il est parfaitement possible, si une certaine moyenne est atteinte, d'intégrer directement la deuxième année de faculté. Ce qui n'est pas mal quand même...J'ignore si cela arrive souvent (probablement pas...) mais c'est quand même assez motivant.

Les cours sont donnés dans les mêmes conditions que le cursus universitaire "classique" et la plupart du temps avec les mêmes enseignants...(Il n'y a pas de professeurs de droit au lycée, si bien que l'on a directement à faire à des professeurs de faculté ou à des enseignants du supérieur (maîtres de conférences, étudiants en thèse etc).

Le contenu des cours est extrêmement synthétique, si bien que les notions vraiment essentielles sont acquises d'emblée et dans tous les domaines du droit. Un avantage énorme par rapport aux étudiants du lycée qui partent du niveau zéro...

Peu de personnes suivent ces cours et on déplore beaucoup d'échecs. Le coût est raisonnable mais il faut un certain courage et quelques sacrifices...Mais cela n'en vaut-il pas la peine ?

Le DIF, comme le compte personnel de formation, ce n'est pas seulement un problème de financement...Pour l'utiliser il faut le demander. Le fera-t-on ? Il est à craindre que les mêmes causes produiront les mêmes effets...En pire probablement.

On part toujours du principe que le salarié est demandeur...Personnellement, j'en doute.
Bruno Callens
Docteur en Droit
Novatem Conseils et Formations
128, rue du Faubourg de Douai
59000 Lille

 
Messages: 73
Inscription: Lun 10 Nov 2014 17:03

Re: Et maintenant, que faire ?

Message par condorcet » Ven 24 Avr 2015 09:43

En formation on devrait toujours accoler le mot Effort.
Effort de l'employeur qui doit y consacrer du temps et de l'argent (mais c'est son capital humain qu'il conforte et développe) mais aussi effort du travailleur (pas seulement salarié) qui devrait consacrer au moins 10 % de son temps travaillé à se former (soit 3 à 4 heures par semaine).

Il y a aujourd'hui une déresponsabilisation générale face au travail et aux efforts. Mieux encore ceux qui ne font pas ces efforts ne sont pas sanctionnés et progressent aussi bien que les autres (comme à l'école, il suffit de venir).

De là beaucoup des difficultés pour la formation. On pouvait encore en 2008 tabler avec le DIF sur le développement d'un cercle vertueux des apprentissages, on est très loin du compte aujourd'hui avec une réforme de la formation qui casse le peu de choses qui fonctionnait en France.

On nous a assuré que les ordres à la DIRECCTE (dans une région en tout cas) sont de faire disparaître 90 % des OF privés de France (il faut bien nourrir le "service" public.

Suivante

Retourner vers Vos questions sur le compte personnel de formation

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité